LE BYPASS

 les 2 types de bypass :

Image 1 : le BYPASS classique Image 2 : le Mini BYPASS

Comment ça marche ? C’est une technique qui consiste à ne conserver qu’une petite poche gastrique, qui est directement reliée au jéjunum, la deuxième partie de l’intestin grêle. Les chirurgiens mettent ainsi hors circuit une grosse partie de l’estomac et la totalité du duodénum, la première partie de l’intestin grêle où a lieu normalement l’essentiel de l’assimilation des nutriments (glucides, lipides, vitamines, etc.).

Le trajet de l’alimentation

Les aliments passent par l’estomac réduit et vont directement dans la partie moyenne de l’intestin grêle.

Le bypass agit par plusieurs mécanismes qui s’associent :

– Une restriction (comme la gastroplastie),

– une malabsorption : les aliments sont moins digérés.

Le positif lié à cette opération :

Le court-circuit gastrique est une méthode qui peut être réversible, uniquement en cas de nécessité. Le confort alimentaire est meilleur qu’avec la gastroplastie car les vomissements ne sont pas fréquents.

De toutes les techniques, elle est celle qui offre un meilleur confort digestif avec nettement moins de blocages contrairement à certaines idées reçues.

Comme pour l’anneau, les personnes opérées sont obligées de réduire le volume de leurs repas. Mais en plus, une bonne partie des nutriments énergétiques, comme les glucides (sucres) et les lipides (graisses), n’est plus assimilée. Les habitudes alimentaires doivent être modifiées pendant les trois premiers mois, il est souvent conseillé de prendre trois repas et deux ou trois collations.

Quelle perte de poids ?  D’où un amaigrissement spectaculaire : en moyenne, 45 à 50 kilos au bout de 2 ans, soit 70 % de l’excès de poids initial.

Son avantage : « Cette intervention est techniquement difficile, la mortalité post-opératoire est de l’ordre de 1 %. Mais son efficacité est remarquable sur les complications de l’obésité comme le diabète ou l’ apnée du sommeil« .

Des effets indésirables sont liés à cette opération :

le dumping syndrome : l’ingestion d’aliments très sucrés en quantité importante entraîne une sensation de malaise général et une accélération du pouls, ces aliments doivent donc être pris en petite quantité). Les grignotages sucrés sont donc mal supportés

la diminution du taux de ghréline, qui est l’hormone de la faim, ce qui entraîne un désintérêt pour la nourriture (attention : ce mécanisme d’action n’est pas efficace sur les éventuelles compulsions).

un suivi régulier est nécessaire par une équipe multidisciplinaire. Un suivi nutritionnel une fois par mois la première année, puis tous les ans, est nécessaire afin de prévenir de toutes carences et de s’alimenter de manière « équilibrée », car même après une telle opération, une reprise de poids dans les 5 ans est possible. De plus, on ne connaît pas à long terme les effets du by-pass. L’assimilation de médicaments par voie orale peut également être altérée.

– une supplémentation en vitamines et minéraux à vie.

– Un travail sur l’équilibre alimentaire est également primordial afin d’éviter des troubles du transit (diarrhée, constipation) car le bypass réagit de façon assez radicale à une alimentation inadaptée.

– Une complication peut arrivée à plus ou moins long terme, c’est la fistule (communication entre la lumière gastrique et le reste de la cavité abdominale) pouvant conduire à la formation d’un abcès, d’une péritonite voire d’un état septique grave. Le traitement de la fistule consiste en un jeûne absolu de plusieurs jours, l’administration d’antibiotiques intraveineux voire la pose temporaire d’une endoprothèse. C’est la complication la plus redoutée de la gastrectomie tubulaire, sa survenue peut prolonger l’hospitalisation de plusieurs semaines et mettre des mois avant de cicatriser.

About marylinebypass

Je m'appelle Maryline, j'ai 41 ans et je me suis fais opérée d'un bypass en février 2016.

11 thoughts on “Le bypass”

  1. Super intéressant ton article. Quels sont les conditions de poids pour effectuer ces opérations? combien de temps pour se remettre de l’opération?

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :